MOBILE

+33648019887

EMAIL

CONTACT

 HORAIRES

09H- 23H30

L'EMULATION DÉMYSTIFIÉE

Aspects Techniques

L'émulation des jeux vidéo, désigne le processus de reproduction d'une console de jeu, d'un ordinateur ou d'une borne d'arcade sur une plateforme matérielle différente comme un PC, un Mac, un Rasperry ou une box Android.

Cela permet de jouer à vos jeux retro sur un matériel récent. L'émulation apporte son lot d'avantages mais peut aussi s'avérer inadaptée, dans certains cas comme celui de la détection de mouvements.

Régler un émulateur (ou même un core) n'est pas une opération simple. De nombreux paramètres doivent être pris en compte et optimisés afin d'obtenir un rendu fidèle.

En matière d'émulation, on estime à 4 fois la puissance de  la machine requise afin d'émuler une machine.

D'où la difficulté d'émuler certaines consoles. La PS4 ou la PS5 exigeraient, quant à elles, beaucoup trop de puissance...

OpenGL est le driver graphique recommandé pour les possesseurs de carte graphique NVidia. Une GeForce RTX 2060 vous permettra, d'émuler sans difficultés des consoles comme la Nintendo Switch.

Vulkan, quant à lui, est associé aux cartes graphiques AMD.Une carte graphique RX6800 vous permettra, par exemple, d'émuler confortablement la PS3.

L'émulation apporte son lot d'améliorations.

Graphiquement : vous pourrez non seulement jouer à vos jeux dans leur définition d'origine mais vous pourrez, en plus, upscaler la résolution et monter, pourquoi pas, jusqu'en 4k.

Prenons la PS2, résolution native : 640 x 480. L'emulation vous permettra de la multiplier par 3 (ou plus) afin d'améliorer le rendu sur votre TV. 90 à 95% des jeux sont compatibles avec cette option.

Les textures, quant à elles, sont aussi prises en charge par les fonctions d'upscaling mais peuvent aussi être remplacées par des version retravaillées en HD ou en 4K.

Les scanlines sont des effets graphiques qui ont pour ambition de recréer,  les lignes horizontales et/ou verticales propres aux écrans CRT sortis principlement jusqu'en 2000.

Ils sont souvent intégrés dans des shaders. Il existe un nombre considérable de rendus de scanlines en raison du nombre important d'écrans CRT différents ayant existé. En effet, l'affichage différait d'une marque à l'autre, d'un écran à l'autre ou d'une génération à l'autre. Il est donc normal de retrouver des centaines de filtres différents.

Côté rendu, et selon leur intensité, ils ont tendance à assombrir l'image.

Les shaders sont des filtres graphiques, développés en vue de reproduire le rendu des écrans utilisés à l'époque de la sortie du jeu et de la console.

Vous pourrez, par exemple, afficher l'écran monochrome de certaines consoles comme la Game Boy. Vous pourrez même cumuler les shaders afin d'atteindre le rendu recherché.

Il existe, bien sûr, un nombre considérable de combinaisons qui vous permettront, de reproduire l'affichage de tv du Sony Trinitron, de moniteurs Sony PVM, ou encore d'écrans d'ordinateurs du type 1083s de l'Amiga. Vous trouverez forcément celui qui vous convient.

L'overclocking, est une pratique rendue possible facilement, grâce à l'émulation. Cela vise à obtenir des performances supérieures. Nombre d'émulateurs proposent cette option.

L'overclocking consiste à augmenter la fréquence d'horloge ou la fréquence de fonctionnement d'un processeur (CPU), au-delà de ses paramètres d'origine.

Prenons un jeu comme Metal Slug 2 (réédité plus tard sous Metal Slug X), célèbre pour ses ralentissements. L'emulation cumulée à l'overclocking, vous permettra enfin de profiter de ce hit dans de bonnes conditions !

La Neo-Geo de SNK n'offre pas cette possibilité.

Améliorer les contrôles de vos jeux PC et de vos émulateurs en associant les raccourcis clavier, aux boutons de votre manette, par exemple pour changer d'arme. Vous pourrez aller plus loin en associant les mouvements de votre souris au stick analogique de votre manette et jouer ainsi aux FPS.

Joy2key et Xpadder  sont des applications prisées par les utilisateurs de frontends comme Hyperspin et CoinOps.

Sauvegarder vos parties à tout moment, ou utiliser des Cheat codes (ou codes de triches) est aussi possible dans les émulateurs. Ces codes sont aussi accessibles, sur les consoles,  via des cartouches du type Game Genie ou Action Replay.

Tous les jeux ne sont pas correctement émulés (Star Wars Rogue Squadron II sur GameCube) et toutes les fonctions (détection de mouvement) ne sont pas pleinement prises en charge (wiimote sous Dolphin) par l'émulation.

Au-delà des consoles 16 bits il n'y a pas un émulateur capable de faire tourner 100% des jeux d'une même console.

Pour la N64, vous devrez répartir vos roms entre Mupen64Plus et Parallel suivant les compatibilités.

Pour certaines consoles, (3DS, Wii, PS3,...) vous n'aurez qu'un seul émulateur possible et devrez alors attendre une mise à jour ou renoncer à votre jeu si vous rencontrez un problème.

L'Input Lag (pas le Display Lag.), qui se mesure en millièmes de seconde, est le délai entre le moment où vous pressez un bouton, et le moment ou l'action se réalise.

L'input lag est-il propre à l'émulation ? Eh bien, NON.

Il existe même sur les consoles mais il est pris en compte dans le codage des jeux. L'input lag dépend de plusieurs facteurs : les manettes sans fil (même sur consoles) qui induisent un délai de transmission, le système d'exploitation (Windows, Linux, Mac OS...), ou même votre anti-virus.

L'idée n'est pas de faire tomber la latence à zéro, mais de se rapprocher du timing de la liaison (filaire) d'origine.